S&G
Durant notre parcours de quatre années pour avoir un enfant, je suis allée de nombreuses fois sur le site internet d'AMPhore, je voyais les affiches dans les salles d'attente sans franchir le cap de l'appel, par pudeur peut être. Après un échec douloureux lors de notre 1er FIV et pour ne pas revivre cela, j'ai décidé de contacter l'association avant la seconde tentative. Quel soulagement de pouvoir partager ce fardeau, d'être écoutés, soutenus! Pendant ce long et difficile parcours qu'est la PMA, les médecins s'occupent de notre corps et de nos taux d'hormones mais personne ne prend le temps de voir comment vous allez par manque de temps et personne n'est là pour vous soutenir en cas d'échec. Le mental fait parti des éléments clés pour le succès. Amphore nous a permis de nous libérer en partageant et assumant notre parcours et nous a également permit de mettre au clair notre projet grâce aux réunions. Un mois après la seconde FIV qui n'a pas abouti, je suis tombée enceinte naturellement !!
Il ne faut pas attendre pour appeler; il faut mettre toutes les chances de son côté et ne pas hésiter à se faire aider : les équipes d'AMPhore sont là pour ça et le font très bien.
Encore un grand merci pour la disponibilité et la gentillesse des équipes de l'association. Bravo pour votre investissement auprès des couples comme nous.

 

S & S
En 2009, à la suite d'une tentative unique de don d'ovocyte nous avons eu une petite fille. Nous ne serions certainement jamais arrivés à cette magnifique conclusion sans avoir été écoutés, sans jugement par Amphore, alors que la réthorique et la sanction médicales avaient été si douloureuses à entendre.

 

haut de page

 

C.et T.
Nous tenons à vous remercier pour le soutien que vous nous avez apporté au cours de cette année que ce soit par téléphone, les conférences, les échanges avec d’autres couples au cours des soirées-débats ou des groupes de Parole.
Après deux échecs FIV ICSI , les nombreux examens suivis d’espoirs et de déceptions , nous attendons aujourd’hui des jumeaux.
En remerciant de tout ce que vous apportez aux couples comme nous, nous vous souhaitons bonne continuation. Cependant nous n’hésiterons pas à vous faire appel si besoin.

C.B.
Après deux échecs dans notre parcours de PMA, nous avons participé à la journée consacrée à la fertilité masculine puis à une soirée débat. Nous avons rencontré des couples qui, comme nous, vivent les mêmes angoisses, les mêmes craintes. Cela finalement rassure ; nous nous sentons plus ni seuls, ni différents. Toutes les informations que nous avons glanées nous ont permis de mieux comprendre dans quel processus médical nous sommes engagés et ainsi de mieux l'appréhender. De retour à la maison, ces rencontres ont suscité une longue réflexion avec de longs échanges. Notre couple s'en trouve plus soudé face à cette aventure. Nous comprenons mieux ce que nous vivons. Nous avons pu prendre un peu de recul et ainsi continuer à faire des projets.
Nous remercions Amphore pour tout le temps que ses membres nous consacrent.
Leur écoute, leur réconfort nous aide à surmonter cette épreuve.
Un grand merci pour votre dévouement et votre présence.

haut de page

 

 

I.R.
Cela faisait des mois que je voyais les affiches au CHU, sans compter un article paru dans la presse locale. Pourtant, je me disais que j’en étais qu’au début de ce parcours avec les inséminations artificielles. J’éprouvais une « gêne » à parler de mon mal-être et de mes interrogations alors que, sûrement, d’autres couples vivaient des choses plus traumatisantes. Et puis, que pourrais-je leur dire ? Ils me répondraient sans doute qu’il faut faire en sorte que cela prenne le moins de place dans ma vie. Et c’est bien ce que j’essayais de faire.
Une annonce de grossesse dans notre très proche entourage a fini par me décider. Un profond mal-être s’était installé, d’autant que de notre côté, des résultats incertains rajoutaient à mes doutes.
Sur les conseils de l’équipe médicale, j’ai enfin décroché le téléphone. J’ai rencontré, deux jours après, deux personnes à mon écoute et qui savaient dans le même temps instaurer un dialogue. Elle savaient des réponses à apporter à mes doutes. Elles m’ont fait avancer, m’ont conseillée, m’ont rassurée aussi. Je savais alors que je pourrais, dès que le besoin s’en ferait sentir, leur demander de nouveau d’être mon confident, ne serait-ce que par téléphone. Savoir que quelqu’un d’extérieur à son entourage mais bien informé de l’AMP est là pour vous permettre de regonfler la voile.
Nous avons participé à un débat. Cela nous a permis de rencontrer d’autres couples à des stades divers d’AMP et de cheminement. Mais ensemble, nous nous comprenions. Nous n’avons rien révolutionné mais voir que nous n’étions pas seuls, que nos doutes et nos révoltes étaient « logiques » et « communes » nous a réconfortés.
Dans notre couple, chacun peut se nourrir de l’Amphore à son rythme.
Nous sommes aujourd’hui dans l’immense joie de vous dire que notre tentative d’implantation d’un embryon congelé s’est révélée un succès. Cela fait plus de cinq mois maintenant, et nous nous préparons à accueillir notre premier enfant .
C’est, en tout cas, pour nous l’occasion de vous remercier pour l’écoute dont vous avez su faire part. Vous avez, en toute humilité et bienveillance, su me rediriger vers des professionnels compétents dans le domaine. Vous avez pris, sans attendre, le temps de m’accueillir et de m’écouter. Vous savez rester discrets et présents. C’est une chance considérable de pouvoir compter sur des bénévoles, prêts à tout moment à donner de leur temps et de leur énergie.
Merci d’être le relais de professionnels et de savoir rester humbles en nous les conseillant si besoin.
Merci pour votre dévouement, votre sourire et votre présence. Merci aussi pour votre discrétion.

haut de page

 

 

L.P.
Comme de nombreux couples aujourd’hui, c’est après 2 années d’essais infructueux que le diagnostic de stérilité a été posé et que nous avons commencé notre parcours d’AMP.
Nous étions très confiants, la médecine fait d’énormes progrès et nous savions pourquoi "çà n’avait pas marché jusque-là". Dès le début du traitement, je me suis inscrite à AMPHORE, je voulais "mettre toutes les chances de mon côté" et je savais qu’un soutien moral ne serait pas négligeable en plus des informations que l’on pouvait me communiquer.
Je n’ai pas besoin de préciser que l’accueil fut des plus chaleureux, même si durant une année, je n’ai participé à aucune réunion, ni groupe de parole, je suivais consciencieusement les traitements et je pensais que "cela suffisait".
Pourtant, au bout d’une année, bébé se faisait toujours attendre et l’entrain du début a diminué ; j’ai commencé à être fatiguée physiquement et moralement.
Heureusement, je savais que je pouvais compter sur tout l’équipe de l’Association et j’ai fini par participer à des réunions et aux groupes de parole.
La démarche n’était pas si évidente que çà pour moi car je suis plutôt réservée et je devais m’y rendre seule ( le travail de mon mari l’empêchait de m’accompagner).
Eh bien je n’ai pas regrettée ce petit effort : cela fait un bien énorme de rencontrer ( enfin ?)
des personnes "comme nous", qui nous comprennent, qui passent par les mêmes difficultés,
les mêmes espoirs, bref de partager nos expériences.
Bien entendu, outre le côté positif d’être ensemble, la bonne humeur et l’humour étaient présents et je ressortais le moral regonflé.
Car je dois être sincère, c’est très difficile de ne pas culpabiliser quand "on ne peut pas avoir d’enfant".
Le regard des autres n’est pas toujours facile à vivre et les maladresses sont nombreuses.
Pourtant on fait de son mieux, on accepte les traitements, les piqûres, parfois les hospitalisations "sans se plaindre", même si les traitements, les personnels soignants sont performants, le résultat attendu n’est pas toujours au rendez-vous.
On ne maîtrise pas tout, la preuve pour nous, au bout de deux années de traitements c’est une grossesse surprise qui est arrivée, "une grossesse spontanée". à laquelle je ne croyais plus.
Bien entendu, les traitements ont favorisé cette grossesse mais je sais que nous avons une chance énorme, cette grossesse n’est pas terminée mais c’est déjà un beau cadeau que nous vivons pleinement.
Voilà je voulais vous apporter mon témoignage d’abord pour remercier l’équipe d’AMPHORE pour leur soutien et leur aide efficaces, mais aussi pour dire à ceux qui sont dans le parcours des traitements qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à Amphore. On a beau se croire solide, on passe souvent par des moments difficiles et c’est dommage de se priver d’une aide si précieuse….
Bon courage à tous ceux concernés par l’AMP et bonne continuation à tout l’équipe d’AMPHORE.

 

Mr et Mme L.
Nous souhaitons vous remercier pour le soutien que votre association nous a apporté.
Ceci nous a permis de trouver un lieu où l'autre versant de l'assistance à la procréation médicale a été pris en compte.
J'entends par là l'entr'aide, l'écoute, une dimension de chaleur humaine et même psychologique indispensable. Nous ne pensions pas tout de suite que c'était si important mais aujourd'hui nous en sommes persuadés.
Effectivement notre parcours est couronné de succès puisqu'un petit garçon va bientôt pointer son bout de nez après trois inséminations.
J'ai la nette sensation que votre aide nous a permis d'écourter notre parcours d'AMP, très en difficulté dans le traitement j'ai pu mieux le supporter et mieux vivre ma vie personnelle;
Pour toutes ces raisons mon mari et moi tenons à vous adresser toute notre reconnaissance.


M. LG.
Après deux ans et demi d'attente et d'examens épuisants, le médecin a commencé à nous parler de PMA. Nous avons ainsi commencé le parcours des traitements avec l'espoir d'attendre enfin un enfant. Au cours des semaines, malgré la gentillesse du médecin, un manque et surtout un besoin est apparu: celui d'être écouté, de pouvoir poser des questions et surtout de partager. L'entourage familial et amical est parfois un peu démuni face à tout ça et nous ressentions le besoin d'être mieux entouré. Durant les longues attentes dans les couloirs des médecins et des labos, nous avons trouvé cette information concernant l'association Amphore et le travail qu'elle accomplit.
Le premier contact s'est très bien passé. J'ai apprécié le premier rendez-vous individuel qui m'a permis de dire des choses difficiles et de m'aider dans ma réflexion pour mieux vivre avec ce problème. Les groupes de paroles sont aussi un moment important. Nous y avons trouvé une attention qui nous manquait et aussi de la compréhension. C'est un des seuls endroits où l'on m'a dit que ce que nous faisions était difficile. C'est important d'être compris. L'échange avec les autres couples nous a beaucoup aidé, chacun parle de ses angoisses, de ses maux... On sort de là en essayant de prendre du recul, on peut même parfois réussir à en rire. Pour mon mari aussi, ces temps de paroles étaient bénéfiques, l'homme n'est pas toujours celui à qui l'on demande s'il va bien. Il est important de se dire que l'on est pas seul. Ces soirées permettent aussi de réfléchir à d'autres solutions, tranquillement dans sa tête, d'autres voies peuvent se dessiner ... Ces moments sont souvent douloureux car nous consacrons une soirée entière à nous plonger dans notre problème mais c'est aussi un moment qui lui est dédié et ensuite on peut reprendre sa journée en laissant tout ça derrière soi.
Le travail de l'association est essentiel car il comble un manque évident : l'écoute, la compréhension, l'échange. Nous avons beaucoup de chance, nous attendons un enfant grâce à la FIV. Merci à tous pour votre écoute, l'association et toute son équipe nous a réellement aidé.

haut de page


Cl. et D.
Le parcours de l'AMP est terminé pour nous depuis le mois de mai. Nous avons tenté six inséminations avec donneurs et zéro FIV comme nous l'avions décidé depuis le début. La fin du parcours fait mal, mais soulage en même temps, car enfin ON SAIT !
Ensuite, nous avons décidé de continuer en couple sans l'association. Si nous avons pu faire ce choix c'est grâce à vous tous, à votre écoute, à votre gentillesse, à votre disponibilité et surtout au côté humain que vous gardez dans la relation avec des couples concernés par l'AMP. Tout cela nous l'avons trouvé auprès de vous au moment où nous en avions besoin. Ensuite nous avons été assez forts pour avancer à deux.

Nous espérons pouvoir adopter un enfant étranger mais si aucune association ne nous donne d'agrément nous envisageons que peut être un jour il faudra abandonner notre rêve !

Longue vie à l'association !

 

B.M.
J'ai assisté dernièrement à un groupe de paroles et vous ne pouvez pas savoir le bien que cela m'a fait. Au début, j'étais réticente à venir seule, et puis rapidement, j'ai eu envie de partager avec les autres, de donner mon avis. Grâce à l'humour d'un des participants, nous avons même ri.
Bizarrement, cela fait du bien de se sentir tous dans le même bateau ou la même "galère"... Nous, les femmes, nous avons réellement un mode de fonctionemment quasi identique..
J'aurai envie de terminer par un mot d'une adhérente : l'ESPOIR, car même si notre envie commune la plus folle c'est de concevoir notre bébé et si malheureusement nous n'y arrivons pas, nous pourrons réaliser notre projet de vie par la voie de l'adoption.

Bravo et merci d'avoir créé cette association.

B. et J.
J’ai beaucoup apprécié le premier accueil que vous m’avez accordé où je pouvais tout dire.

Il m’a été difficile d’assister seule aux groupes de paroles; ce qui explique que je n’y sois allée qu’une seule fois (mon mari étant pris par son travail). En revanche, j’y ai entendu des personnes qui souffrent comme moi et qui peuvent me comprendre.

J’ai aussi assistée, accompagnée cette fois de mon mari à la soirée-débat sur les limites de l’assistance médicale à la procréation. Cette soirée n’était pas tendre dans le contenu et pour beaucoup d’entre nous, nous avons appris de nouvelles informations.

La société actuelle nous renvoie toujours l’aspect psychologique en premier lieu et nous culpabilise : «Tu y penses trop», «Tu es trop stressée», «Avec les moyens d’aujourd’hui, vous allez y arriver»….Je parle de votre association à ceux qui peuvent en avoir besoin .

Aujourd’hui, après 7ans, une FIV nous permet d’attendre 2 bébés et nous le disons autour de nous . «Nous avons de la chance.»

C et PY
Lorsque nous avons suspecté que le bébé tant désiré ne pointerait sans doute pas son nez aussi facilement que nous l’espérions, nous nous sommes tournés vers les médecins qui nous ont apporté une réponse médicale mais ce n’est pas que cela que nous attendions.

On ne peut néanmoins pas demander au médecin de répondre autrement. Alors faut-il nécessairement se lancer dans un suivi psychologique pour avoir du soutien ? Après notre première insémination qui n’a hélas pas marché, nous avons décidé de rencontrer AMPhore, nous y avons été bien accueillis. Nous avons trouvé de l’information, des paroles rassurantes qui permettent de garder espoir et vivre tout ce chemin qu’il nous reste à parcourir accompagnés, alors que nous nous sentions parfois seuls et angoissés.

Etre entourés par des gens qui comprennent, qui ont de l’expérience, ou qui ont vécu ce que nous vivons, et bien ça fait du bien. Et tout cela nous permet d’espérer d’être un jour d’heureux parents.

haut de page


Ly. et D.
Nous voulions transmettre un petit témoignage notamment après la réunion de la semaine dernière sur l'adoption.

Nous tenons à souligner l'importance d'une association telle qu'Amphore. Nous en avions particulièrement besoin après un passage difficile. Des personnes nous ont écouté et déjà cela c'est beaucoup pour nous.

Jeudi dernier, nous avons participé à une réunion sur l'adoption organisée par Amphore et nous pouvons encourager de nouveau ce type de rencontre très utile pour nous et pour beaucoup de personnes dans la salle.

D'ailleurs ce jour-là nous avons reçu notre agrément "passeport" pour adopter. Une très bonne nouvelle et nous encourageons tous les autres couples dans cette démarche. Il faut s'accrocher et des joies seront en perspective.

 

Steph.
Il aura fallu dix longues années pour constituer la famille que nous souhaitions ... J'ai toujours appelé çà " le parcours du combattant ".nous avons souffert psychologiquement et physiquement avec en plus le sentiment d'être seuls, incompris….

AMPhore n'existait pas à l'époque, c'est un "Un bébé mais pas à tout prix" de Brigitte-Fanny Cohen, qui à sa manière m'a aidée, m'a fait réaliser que nous n'étions malheureusement pas tous seuls dans ce cas.

Guillaume est né après 6 IAC en 1997, en 2003 naissait Thimothé après 6 IAC et 3 ICSI.

Aujourd'hui, nous sommes très heureux, j'adhère à AMPhore pour pouvoir aider, même d'un sourire, les gens qui en ont besoin.

L. et D. - parents de deux papous
Merci pour votre écoute et de votre sensibilisation envers les couples qui ont des difficultés de procréation. Vos démarches consolident les actes médicaux par la voie la plus ardue : la psychologie et le bien-être des futurs parents.
Merci pour tous vos efforts.

Armelle
Dans le parcours parsemé d’embûches du processus FIV, Amphore nous est d’un précieux soutien : de par son écoute et sa permanence téléphonique, nous pouvons poser enfin toutes les questions que nous n’osons plus poser au médecin et recevoir une réponse de spécialiste à tout moment.
De plus, dans les groupes de paroles, chacun peut échanger librement sur son expérience et recevoir en cadeau celle des autres. Nous avons ainsi pu nous rendre compte de tout ce que signifiait véritablement le processus FIV qui va bien au delà de la partie médicale.
Dans un processus qui nous touche si personnellement nous avons pu toujours compter sur l’empathie et le support émotionnel des bénévoles d’Amphore et les en remercions de tout cœur.

 

Christelle
Je suis maintenant l'heureuse maman de deux enfants en bonne santé, Thomas âgé de deux ans et Pierre de cinq mois. Si la vie était moins difficile, il devrait y avoir avec nous Antoine et Martin, des jumeaux conçus par ICSI en 2000, décédés malheureusement suite à un accouchement à six mois de grossesse (provoqué par une opération chirurgicale très grave sans rapport directe avec cette grossesse). Autant dire que les mois qui ont suivi cela ont été très difficiles pour nous. Nous avons refait des ICSI, chaque échec était une catastrophe et le décès des jumeaux nous rongeait. Je me suis décidé à prendre contact avec l'association Amphore. J'ai rencontré deux personnes avec qui j'ai beaucoup discuté. Par la suite, le fait de savoir
qu'en cas de coup dur je pouvais décrocher mon téléphone m'a beaucoup aidé.
Finalement, dans les jours qui ont suivi ma rencontre avec ces personnes, je suis tombée spontanément enceinte de Thomas ! Hasard ? Bonne étoile ? Ondes positives ? Ou simplement meilleur état d'esprit ? Allez savoir ! En tous cas, merci à l'association et je voudrais dire à toutes (et tous) de ne pas se décourager, quand on tombe très bas, on ne peut que remonter.
Bon courage et merci encore.

haut de page

 

Betty
Nous avons trouvé au sein d'Amphore tout le soutien que nous espérions dans ce long chemin.
Des réunions intéressantes en groupe de parole, des couples aux parcours uniques mais souvent jalonnés des mêmes questions sans réponses, des mêmes doutes, parfois le même chemin de croix; et une Equipe d'écoute et de conseil de très grand réconfort.
Dame Nature a ponctué ce long chemin de huit années, le 24 mars 2004, avec l'arrivée de Linon, le plus grand bonheur de notre vie.
Encore merci Amphore.

Isabelle
Nous aurions aimé connaître AMPhore dès le début de notre parcours d'AMP. Lorsque nous avons pris contact avec l'association, nous avons d'abord apprécié l'écoute attentive et respectueuse des bénévoles ainsi que les informations mises à notre disposition.
Les échanges dans le cadre des réunions thématiques et des groupes de paroles nous ont également beaucoup apporté. Enfin nous n'étions plus seuls ! Nous pouvions partager expériences et émotions avec des personnes vivant des situations similaires, et d'autres, plus neutres que notre entourage, disponibles pour nous aider. Quel soulagement de pouvoir "vider son sac", se ressourcer ou tout simplement poser une question que l'on n'ose pas toujours formuler auprès du personnel médical !
Et au-delà des moments difficiles, lorsque nous avons eu l'immense joie d'attendre puis d'accueillir un enfant, il nous est arrivé de contacter l'association pour des questions sur la grossesse et les bébés ! Nous avons plaisir à garder contact avec l'équipe d'AMPhore, qui nous a toujours soutenus avec beaucoup de bienveillance et de sérieux.

Florence
suite à votre message, je tenais à témoigner pour votre site. en effet, après presque 4 ans d’essai et 3 I.A.C infructueuses, j'étais découragée, stressée.
J’avais décidé de faire une pause, pour essayer de retrouver courage, motivation et sérénité. Je vous ai rencontré à ce moment là. Le fait de discuter avec une personne extérieure, mais connaissant très bien le sujet, m'a énormément aidée. Cela m’a permis de prendre un peu de recul, me défouler quand ça n'allait pas. J’ai ensuite décidé de reprendre les inséminations et .. la 4e fut la bonne.
Je suis aujourd’hui maman d’un petit Léon depuis peu de temps.
Je reste convaincue que le mental est important et c’est pour cela que votre association est importante et utile, car rien n’est prévu dans le système médical.
Bon courage à vous et bonne continuation.

Katia -
Depuis dix ans, nous essayons d'avoir un enfant et avons réalisé 5 inséminations artificielles et 7 FIV (avec un début de grossesse suivi d'une grossesse extra-utérine). Tout au long de ces dix ans, nous étions parfaitement au courant de tout le côté technique et médical mais rien en ce qui concerne une éventuelle aide psychologique qui nous aurait parfois été bien utile. Dans notre expérience, à aucun moment, les médecins nous ont proposé cette aide jusqu'à la dernière tentative de FIV où une affichette dans une salle d'attente nous informait de l'existence de votre association. Nous continuerons à adhérer à votre association pour que d'autres couples puissent bénéficier de votre aide même si, pour nous, nous avons appris trop tard votre existence.

© AMPhore - 2010